• fr
  • nl
  • en
  • de
   
 

Recherche rapide

+ de critères


video Valdelesse

Diaporama

Zouplaboum - Plaine de jeux intérieureBrasserie de la LesseCarte Promenades de HouyetRoadbook  Val de Lesse - 4 circuits découvertes auto/motoExplore Val de Lesse - Circuits auto/moto - GPSRoadbook  Val de Lesse - 4 circuits découvertes auto/motoExplore Val de Lesse - Circuits VTT - GPSCelles, un des « Plus Beaux Villages de Wallonie »Piscine en plein air - Domaine Provincial de ChevetogneCarte Promenades de BeauraingRoadbook pédestre Val de Lesse - 9  Circuits villages & paysagesKayaks Libert




Village

Rochefort

Rochefort


Il serait presque impossible de vous citer l’ensemble des bonnes raisons d’aller visiter Rochefort tant il en existe, nous vous proposons plutôt de vous la raconter, simplement. Vous trouverez de quoi assouvir votre curiosité et surtout vous découvrirez les nombreuses facettes de cette région enchanteresse !

Un peu d’histoire...


La vie dans la région de Rochefort date de bien avant notre ère, on estime qu’elle remonte à 32 000 ans !
La grotte de Han est visitée à partir de 2000 à 1600 avant J.-C. tandis que la grotte sépulcrale, découverte à Éprave, témoigne d’une présence humaine datant de 800 ans avant J.-C. C’est donc un passé très lointain qui caractérise la région !

Mais il faut attendre le Moyen-Âge pour voir la naissance de la ville de Rochefort. Cette ville est en fait le résultat de la fusion de deux sites plus anciens. D’une part, le village sans rempart de Behogne et de l’autre celui du château-fort, construit sur un éperon rocheux. Rochefort se développe d’abord autour de ce relief singulier ; les différents seigneurs veilleront à sa prospérité. Mais, une situation aussi stratégique fait naturellement des envieux, ainsi le château sera maintes fois assiégé.
 

A la fin du 13ème siècle, le seigneur Thierry de Walcourt affranchit les habitants de la bourgade, la ville est en plein essor. Ce dernier lèguera également ses armoiries à Rochefort.
Au 17ème siècle, sous l’impulsion de Jean-Ernest de Loewenstein, le château se transforme en palais, la ville devient la capitale du comté. Elle abrite une haute cour de justice, une cour féodale ainsi qu’une cour allodiale, laquelle joue un rôle de centre administratif et, dans certains cas, judiciaire.

Puis, lors de la Révolution française, les biens de la noblesse et du clergé sont nationalisés. Très rapidement, le château est démantelé, transformé en carrière béante où les habitants en quête de pierres viennent se servir sans demander leur reste.
C’est alors que la ligne de chemin de fer est construite dans la région, vers le milieu du 19ème siècle. Le tourisme va peut à peu s’imposer redorant ainsi le blason de la ville. En 1862, on décide même de construire un hôtel de ville pour illustrer le nouveau statut de Rochefort. Quelques années plus tard, c’est une nouvelle église qui est à son tour érigée, Notre Dame de la Visitation est consacrée en 1874.


Mais cette faste période doit encore connaître un lourd revers, celui de la Seconde Guerre Mondiale. En 1944, lOffensive Von Rundstedt touche très durement Rochefort. 90 % des habitations sont touchées ; elles sont détruites ou partiellement endommagées.
Il faudra à nouveau que la ville se reconstruise. Comme par le passé, elle retrouve de sa superbe et redevient un site fort apprécié des touristes, attirés par son passé historique riche, ses grottes et son environnement verdoyant !
On le voit, Rochefort a connu une histoire mouvementée mais c’est précisément sa situation géographique, ses trésors naturels et son passé historique qui on toujours fait de cette ville une destination particulièrement prisée !
 

L’Hôtel de Ville


Construit en 1862 pour célébrer le renouveau de Rochefort, l’Hôtel de Ville est un bâtiment très original dont l’éclectisme retient l’attention.
Depuis l’extérieur, vous voyez un escalier d’honneur ainsi qu’un perron flanqué d’une tour qui n’est pas sans rappeler les tours des beffrois construits jadis. Sur cette tour, vous avez repéré le blason de la ville, à l’effigie des armoiries Walcourt, seigneurs de Rochefort au 12ème et 13ème siècle.
Le monument situé en face a quant à lui été érigé à la mémoire des victimes des deux guerres mondiales.
 

Le château Comtal


Aujourd’hui, vous pouvez admirer les vieilles murailles ainsi que le donjon de cet ancien château-fort. La forteresse s’érige sur un éperon rocheux qui a d’ailleurs inspiré le nom de la ville de Rochefort qui a commencé par se développer à ses pieds.
C’est vers la fin du 11ème siècle que les premiers seigneurs de la région, les Montaigu, font ériger la forteresse. Ce sont ensuite différentes dynasties seigneuriales qui se succèdent : Duras, Walcourt, Marck, Stolberg, Löewenstein, chacune d’entre elles apporte sa patte et sa protection à la ville, notamment lors des nombreux sièges dont Rochefort a été la cible.

Intéressons-nous à la maison Walcourt et plus précisément à Thierry Walcourt qui a fait des armes de sa famille, celles de la ville. En 1285, il affranchit les habitants de Rochefort, sans pour autant rendre leur liberté aux manants de Behogne. La ville connaît un âge d’or, fortifiée, elle est habitée par des bourgeois désormais privilégiés. A cette époque, la plupart des habitations sont mitoyennes et en colombage.


Mais la Révolution française portera un coup dur à Rochefort dont le château sera peu à peu désossé par des habitants venus chercher de quoi construire des bâtiments. Ainsi, le château se transforme en carrière et sert même à la construction du Château Cousin !

Pour en savoir davantage sur la visite du château comtal: cliquez ici.

Rue Jacquet


Savez-vous pourquoi la rue Jacquet est un incontournable lors de votre visite à Rochefort ? C’est parce qu’en la traversant, vous marchez directement sur les traces du passé ; il s’agit de la plus ancienne rue du vieux Rochefort ! A l’époque, elle est ceinturée par des remparts et munies de deux portes d’entrée dont la porte haute, qui est alors située en bordure de la place Lafayette. Aujourd’hui, il ne reste rien de ces trois vestiges mais la rue, elle, n’a pas bougé !

Le marquis de Lafayette

En 1792, soit 3 ans seulement après la Révolution française, le voyageur Lafayette, est repéré à l’Auberge du Pélican, à quelques pas de la porte haute de la ville. Il est arrêté par les soldats autrichiens qui logent au château - à cette époque la Belgique fait partie des Pays-Bas autrichiens. Le marquis de Lafayette s’apprêtait alors à traverser la frontière hollandaise. En effet, il comptait s’exiler aux Pays-Bas après avoir été déclaré traitre à la nation française quelques jours auparavant. Finalement, le marquis sera emprisonné durant cinq années et c’est durant sa captivité qu’il rédige sa fameuse « Protestation de Rochefort ».

Et pour la petite histoire, Paola, la sixième reine des belges, est une descendante du marquis de Lafayette.

Eglise Notre-Dame de la Visitation

C’est l’architecte bruxellois J.P. Cluysenaar, également connu pour d’autres chantiers prestigieux tels que la galerie St-Hubert et le Conservatoire Royal à Bruxelles ou le château d’Argenteuil entre autres, qui supervise la construction de l’église Notre-Dame de la Visitation. L’édifice religieux monumental est inauguré en 1874. De style néo-roman, sa façade, flanquée de deux tours, est ornée d'une rosace et de 8 statues en son centre.

Grotte de Lorette

La grotte, refuge des hommes préhistoriques mais aussi bien plus tard des civils durant les deux guerres mondiales, est découverte par Alphonse Collignon en 1865. Ce dernier n’attend pas longtemps pour l’exploiter, il fait rapidement installer la technologie de pointe de l’époque, l’électricité, rendant un peu plus grandiose un site déjà fascinant. Ainsi, en 1901, 250 lampes à incandescence illuminent les parois de la grotte.

Ce qui fait l’originalité de la grotte de Rochefort c’est d’avoir été non seulement creusée par la rivière, mais aussi par un éboulement. C’est également la raison pour laquelle elle revêt d’un aspect âpre et sauvage, ce qui n’est pas le cas de toutes les grottes. Plutôt verticale, elle impressionne surtout par la dimension de ses failles et éboulis ; lors de votre visite, vous avez la sensation d’accéder au cœur de la terre ! Tout au fond de la grotte, vous apercevez le lit souterrain de la rivière « la Lomme », qui descend sous terre au Trou Maulin, pour ressortir à Éprave, plusieurs kilomètres plus loin avant de se jeter dans la Lesse.

La salle du Sabbat est un des endroits les plus emblématiques de la grotte, gigantesque cavité de 60 mètres de haut, vous y verrez même une petite montgolfière s’élever jusqu’à la voûte au rythme d’un son et lumière envoutant.

Pour les férus de science, faites un arrêt dans le pavillon d’accueil, vous y trouverez le film « Vidéokarst » ainsi que la « Maison des Guides » où les scientifiques scrutent les mouvements de la croûte terrestre.

Pour en savoir davantage sur la visite de la grotte de Lorette : cliquez ici


Chapelle de Lorette

Après ou avant la visite de la grotte, allez donc faire un tour du côté de la très belle chapelle de Lorette. Site classé en 1959, l’édifice est érigé au 17ème siècle par la Comtesse Josine de la Mark, épouse de Théodore de Loewenstein, alors comte de Rochefort. La légende raconte que cette dernière avait promis une chapelle à la Vierge si elle retrouvait son enfant, enlevé par un singe.

La chapelle se divise en deux parties, d’un côté une nef classique de plan carré en moellons de calcaire et de l’autre un long chœur rectangulaire en brique et pierre bleue qui constitue le lieu de pèlerinage primitif. La reproduction de la Santa Casa de Loreto italienne, elle-même reproduction de la maison de Marie de Nazareth, est d’ailleurs plus ancienne, elle date de 1625. Les vitraux de couleurs vives quant à eux ont été ajoutés à l’édifice en 1960.

Saviez-vous que Notre-Dame de Lorette a été proclamée patronne des aviateurs par le pape Benoît XV ?
A côté de la chapelle, on retrouve un calvaire, béni en 1645 à en croire l’inscription gravée dans la pierre. Et comme vous vous en rendrez compte, l’ensemble des tilleuls ont été plantés dans l’axe de ce calvaire.


Abbaye de Saint-Rémy

Toute une histoire...


Nous sommes en 1230, Gilles de Walcourt, seigneur de Rochefort, acquiert le terrain de Saint-Rémy. Ce dernier fait don de cette terre à une communauté de femmes pieuses, rattachée à l’ordre cistercien. Le monastère, le Secours-Notre-Dame, est alors érigé, à un kilomètre et demi en aval du village de Falen. Les religieuses y resteront pendant plus de deux siècles, jusqu’en 1464, lorsqu’on décide de les déplacer à Felipré, près de Givet. Le monastère est ensuite investit par une nouvelle communauté, masculine cette fois, qui tend de plus en plus à désigner les lieux sous le nom de Saint-Rémy.

Les nouveaux venus s’appliquent à consolider le domaine et à compléter les biens légués par les moniales. Cependant, leur relative tranquillité est sur le point de vaciller. D’abord en 1568, lorsque les calvinistes dévastent l’abbaye, puis au siècle suivant, lors de la grande misère provoquée en partie par les épidémies de peste mais surtout par le retour en force de la guerre et des brigandages.
Les moines ne sont pas au bout de leur peine, les signes avant-coureurs du renversement de l’Ancien Régime se faisant de plus en plus alarmant, ils se voient obligés de chercher une protection auprès du pape, ils y parviennent en obtenant une bulle de sécularisation. Les moines troquent ensuite leur chasuble cistercienne et deviennent chanoines réguliers. Mais en 1791, ils sont dispersés par la Révolution française et en 1805, le domaine tombe aux mains des laïcs.


Le commissaire républicain Louis-Joseph Poncelet démolit l’église ainsi qu’une partie des bâtiments du domaine dont il récupère les matériaux pour construire des immeubles à Rochefort.
La bâtisse passe ensuite par les mains de trois propriétaires successifs avant d’être rachetée en 1887 par l’abbé Victor Seny qui projette d’y faire revenir une communauté religieuse. Peu de temps s’écoule avant que les moines de la communauté cistercienne d’Achel dans le Limbourg, brasseurs depuis 50 ans, ne s’installent dans l’abbaye. Ils apporteront à Rochefort tout leur savoir-faire en matière de production de bière trappiste. Notons toutefois, que les archives font état d’une activité brassicole dans l’abbaye dès 1595.
La production de bière trappiste reste quasi-familiale jusqu’en 1952, cette année-là, de gros investissements change la donne, en permettant d’améliorer à la fois la qualité de bière produite et d’en augmenter la quantité.
Dès lors, le travail brassicole devient l’activité principale de l’abbaye, il s’agit de sa plus importante source de revenus. Dans les années 1970, l’équipement de la brasserie est une nouvelle fois renouvelé et modernisé.

Le 29 décembre 2010, en fin d’après-midi, les bâtiments prennent feu. L’incendie est déclenché par une déficience des générateurs électriques installés dans le but de pallier les problèmes électriques provoqués par les abondantes chutes de neige. Les flammes ravagent quatre corps de bâtiments, détruisant ainsi 1 200 m2 de toiture. Par chance, ni la bibliothèque ni la brasserie ne sont touchées.

Les trappistes de Rochefort


L’abbaye de Rochefort produit trois bières trappistes :

  • La trappiste dix : d’un brun intense, sa mousse est compacte. Elle a un goût fruité très prononcé à l’arôme de figue. Il s’agit d’une bière onctueuse en bouche. Alcool : 12 %.
  • La trappiste huit : plus ocre, son éventail d’arômes est plus large, plus fruité et plus sec que la précédente. Alcool : 9,5 %. 
  • La trappiste six : son arôme épicé et terreux lui confère un goût fruité intense. Alcool: 7,5 %. Attention : cette bière n'est brassée qu’occasionnellement.
     

Ce qui rend les trois trappistes de Rochefort si uniques, c’est avant tout, la qualité de l’eau de source de l’abbaye (la source de Tridaine) mais également la levure spéciale, cultivée au sein du monastère. Vous n’en saurez pas davantage sur sa fabrication, la recette est jalousement conservée par ses artisans !
Mais pourquoi la trappiste dix affiche un taux d’alcool de 12 %, celle de huit, un taux de 9,5 % et la dernière de 6, un taux de 7,5 % ? Cette différence s’explique tout simplement par l'utilisation d'une ancienne unité de mesure d'alcool, qui exprimait le centième de la gravité du moût avant fermentation. Les noms sont restés, s’ils rappellent ces anciennes mesures, ils évoquent également un savoir-faire ancien.


Saviez-vous que la Trappiste de Rochefort est la plus alcoolisée des onze bières trappistes au monde ? Parmi ces dernières, 6 sont belges :  Achel, Chimay, Orval, Rochefort, Westmalle, Westvleteren,  Engelszell (Autriche), La Trappe et Zundert (Pays-Bas), Spencer (Etats-Unis) et Tre Fontane (Italie).
 

Mais en fait, que signifie cette appellation de bière trappiste ?

Une trappiste ou bière trappiste est une bière brassée au sein même de l'abbaye par ou sous le contrôle des moines trappistes. Ces bières trappistes sont généralement de fermentation haute et doivent être brassées dans le respect des critères définis par l'Association Trappiste Internationale si elles veulent pouvoir arborer le logo « Authentic Trappist Product », délivré par cette association privée.

En plus d’être fabriqués sur le site ou à proximité du monastère, par des moines ou sous leur contrôle, les bières trappistes, pour être reconnues comme telles doivent également servir une œuvre à caractère « social » ou non lucratif. A ce propos, certaines bières, d’inspiration trappiste, mais qui ne répondaient pas à l’ensemble des critères, ont été commercialisées sous ce nom jusqu’en 1962, année où un procès a mis de l’ordre dans ce micmac d’appellations frelatées.
 

Désormais, vous pourrez donc faire la différence entre une bière trappiste et une bière d’abbaye, c’est-à-dire de type fabrication « trappiste » comme la Leffe ou la Grimbergen.


La source de la Tridaine


On remonte ses origines à 1892, à l’époque, la source était un puits somme toute assez banal ; les habitants venaient s’approvisionner ici en eau quand ils n’avaient pas de puits privé. Sa position en hauteur par rapport à la ville et à l'abbaye, à 211 mètres d’altitude, permet à la distribution d'eau de se faire de manière entièrement gravitaire, sans pompe ni moteur.
Cette précieuse source permet non seulement d’alimenter la ville en eau potable mais également de fabriquer la bière trappiste dont les vertus médicinales ne sont plus à démontrer !
 

Infos pratiques

  • Une fois arrivés à l’Abbaye de Saint-Rémy, vous pouvez laisser votre véhicule sur le parking libre d’accès mais pas celui avec la grille.
  • L’accès à l’abbaye et à la carrière est interdit, l’accès à l’église durant les offices est toutefois permis.
  • La brasserie du monastère ne se visite pas, vous pouvez néanmoins déguster la trappiste dans de nombreux établissements de la ville. Vous y trouverez également d’autres bières locales, comme la Malagne, la Blonde de Han, les bières de la nouvelle Brasserie de la Lesse à Éprave mais aussi une cuisine du terroir, notamment à base de trappiste, sans oublier les différents fromages de Rochefort, la liqueur de la Grusalle, etc.

Se mettre au vert...
La Famenne entre Éprave et Havrenne


Une fois à Rochefort, vous avez l’embarras du choix pour l’itinéraire de vos balades. A cheval, à pied, à vélo, les possibilités sont nombreuses !

En voici une qui mérite de retenir votre attention. La forêt située à un jet de pierre de Rochefort… Site Natura, elle offre un ensemble typiquement famennien ; on y trouve un important massif forestier établi sur un sol composé d’argile et de schiste. L'aspect bocager de la forêt est remarquable : nombreuses haies et drains remplis d'eau, prairies de fauche ainsi que des prairies calcaires, sites de prédilection d’espèces dorchidées remarquables.

Mené à l'échelle européenne selon des normes propres à chaque état de l'Union, le programme Natura 2000 s'attache à préserver certaines espèces ainsi que les milieux naturels qui les abritent en leur permettant de se développer harmonieusement. Avec 7.398 hectares, Rochefort est la commune wallonne qui compte la superficie la plus importante de sites Natura 2000, c’est dire la richesse de son environnement ! 

 


RAVEL

Non loin du centre ville de Rochefort, se trouve le RAVeL, une superbe piste cyclo-pédestre qui se situe sur l’ancienne ligne de chemin de fer Jemelle-Houyet.

Plusieurs portions du Ravel jouxtent la Lesse, endroit idéal pour un pique-nique au grand air !  


ROADBOOK VAL DE LESSE - CIRCUITS PEDESTRES

Découvrez le Val de Lesse avec les 9 circuits pédestres de notre nouveau roadbook ! Dans ce livret richement illustré, vous trouverez quantité d’anecdotes, des informations historiques de qualité, des cartes…. Celles, Gendron, Hour, Wavreille, Rochefort, Lessive, Javingue-Sevry, Vonêche & Froidfontaine et Revogne autant d’occasions pour une belle balade familiale ou sportive !

Pour commander ou télécharger notre roadbook, cliquez ici.

 


 


Où manger? Où dormir? Et bouger....?Vous trouverez toutes les informations sur nos hôtels, chambres d'hôtes, restaurants, gîtes & campings, ainsi que sur les attractions,  la descente de la Lesse et autres activités sportives, les événements et promenades dans et autour de Rochefort sur ce site!


 Pour les coordonnées de nos bureaux d'information, vous pouvez cliquer ici.


Avec notre application gratuite “Explore Val de Lesse” vous pouvez télécharger des dizaines de circuits gps (pédestres, cyclo, VTT…) mais aussi de l’information sur la région (Où dormir ? Où manger? Visiter,...). Cette application très pratique est disponible gratuitement sur Apple Store et Google Play Store.
Pour une belle balade autour de Rochefort, vous pouvez notamment télécharger : 

  • Auto : Patrimoine : abbayes, églises et chapelles - Rochefort 
  • Circuit auto : Histoires, Ruïnes et Châteaux -  Rochefort 
  • Circuit auto - Nature - Pierres du pays - Rochefort
  • Moto : Le Circuit des Pierres - Rochefort
  • Nature - Promenade de la Résurgence d'Eprave - Rochefort 
  • Nature - Circuit vélo à la découverte de Rochefort et des villages d'Eprave, Lessive & Villers 
  • Havrenne - Roadbook villages & paysages
  • ...

 



Rochefort







Partager

Nos ressources


Follow Us






Le ciel du Val de Lesse

Rochefort [ 18-10-2017 - 01:56 ]